Où sont passés les circuits de 2011 et de 2012 ?

Je reçois des messages inquiets qui me demandent où sont passés les circuits de 2011 et de 2012 !

En effet, Les circuits enregistrés en 2011 ont disparu de BaladesEnNormandie, comme une bonne partie de ceux de 2012. Tout simplement parce que nous les avons refaits ! Lorsque que nous refaisons une rando sur un circuit un peu ancien, on en profite pour le réactualiser sur la plateforme. Nous enregistrons la trace GPS, plus précise qu’en 2011, et ajoutons nos nouvelles photos. Les anciennes photos ne disparaissent pas, comme vous l’avez remarqué, nous stockons les anciennes photos dans des sous répertoires de l’album de la rando. Les comparaisons sont parfois intéressantes.

Forêt de La Londe – Rouvray, le hêtre ventru – arbre remarquable. Coupé en raison de son état de santé, mais l’excroissance a été conservée.

Il nous arrive aussi de supprimer complètement des circuits, comme celui de Vironvay, en raison du chemin fermé à La Grande Jachères (Fontaine-Bellenger) et de Cormeilles Nord, dont le circuit était redondant avec celui de Bonneville-la-Louvet, avec de la route en plus…

Nous avons parfois de mauvaises surprises comme pour notre circuit de Beauvoir-en-Lyons est. Nous avons constaté que le chemin d’entrée en forêt des Routieux était envahi par les ronces, alors que ce circuit avait été téléchargé 125 fois sans que personne ne nous signale le problème…

Oui, les circuits de 2011 ne sont plus visibles sur la plateforme BaladesEnNormandie.fr, mais ils restent présents à des dates plus récentes. Oui, les circuits de 2012 sont en train de disparaître de la même façon : Vascoeuil et St André d’Hébertot sont déjà programmés… vous les reverrez donc bientôt, avec de nouvelles traces GPS et de nouvelles photos.

Aménagement de l’ancienne voie ferrée entre Duclair et Le Trait

Nous avions appris, il y a un an, le projet d’aménagement de l’ancienne voie ferrée entre Duclair et Le Trait. Ce projet de la Métropole était une bonne nouvelle pour les randonneurs, promeneurs et cyclistes, et nous imaginions déjà les boucles entre cette nouvelle voie verte et la forêt domaniale au-dessus.

Cette voie ferrée a été fermée aux trains de voyageurs en 1949 puis aux trains de marchandises en 1991. Sur cette partie entre le Trait et Duclair, les rails sont toujours présents sous la végétation. A Saint-Paër, une portion de la voie est entretenue et accueille les balades en vélorail.

Voie Claude Lemesle entre Villers-Ecalles et Pavilly

C’est sur cette même ancienne voie ferrée qu’a été construite la voie Claude Lemesle entre Villers-Ecalles et Pavilly. L’aménagement est superbe avec ses bas-côtés végétalisés et son revêtement de sable aspect terre battue. En général, les voies vertes aménagées sur d’anciennes voies ferrées sont goudronnées et rectilignes, et font fuir les randonneurs. La voie Claude Lemesle est une référence en la matière, elle est réalisée avec le même bonheur pour les marcheurs et les cyclistes .

Eh bien c’est raté ! Nous sommes allés voir l’avancée des travaux au Trait. Au lieu de reprendre le revêtement qui avait eu tant de succès sur la voie Claude Lemesle (rappelons qu’il s’agit de la même ancienne voie ferrée !), la voie a été recouverte d’un bon vieux goudron, bien gris et bien dur, qui rebutera les marcheurs.

Quelle déception ! Pourquoi avoir fait ce choix ? Ca manquait de goudron au Trait ?

Pourcentages routes/chemins

Parmi les critères de choix d’une randonnée, le rapport routes/chemins est souvent évoqué par les randonneurs. L’alternance de chemins et de routes, n’est pas désagréable en soi, à condition que les routes soient petites et que les voitures restent rares. Mais si nous marchons plus sur du goudron que sur des chemins, ce n’est plus notre idée d’une randonnée idéale…

Il n’existe pas d’outil automatisé de calcul du pourcentage routes/chemins d’un itinéraire. Lorsque nous mettons en ligne un nouvel itinéraire, tout est calculé automatiquement par nos scripts : la longueur, la durée, les altitudes minimales et maximales, le dénivelé positif cumulé. Pour les pourcentages routes/chemins, il faut le faire à la main, à l’aide d’une carte ! Vous imaginez le travail pour nos 553 circuits ! (553 à la date du 31/08/2019).

Mais les choses changent à partir d’aujourd’hui ! En effet, l’un de nos abonnés a utilisé Course Generator pour calculer rapidement ces fameux pourcentages routes/chemins de notre dernière randonnée : La Ferté-St-Samson ! Et il se propose de le faire pour quelques autres circuits.

Si vous aussi, vous avez fait ce calcul, n’hésitez pas, envoyez-nous le résultat et nous l’insérerons dans la table de données du circuit concerné.

Restons humbles avec ces chiffres qui ne disent pas tout d’une randonnée : je reçois à l’instant les pourcentages de notre circuit à Bonneville-la-Louvet, 29% de sentier et 71% de routes. Mais les routes en question sont de toutes petites routes, qui ressemblent plus à des chemins creux qu’à des départementales ! Nous avons tous un très bon souvenir de cette rando. Comme quoi…

Voilà comment se présente l’affichage des pourcentages routes/chemins sur BaladesEnNormandie.fr :

Un avenir pour nos anciennes voies ferrées ?

Au cours de nos randonnées, il nous arrive régulièrement de découvrir les traces d’anciennes voies ferrées. Ce sont parfois des rails insérés dans le revêtement d’une route ou en partie cachés par la végétation, les vestiges d’un pont, un chemin un peu rectiligne… Ce sont souvent les vestiges de voies ferrées d’intérêt local (VFIL) qui desservaient les zones rurales. Après un développement spectaculaire jusqu’à la seconde guerre mondiale, ces lignes ont dû cesser leurs activités, concurrencées par la route.

[MAJ 25/08/2019] Grâce à la fonction Smart Album de Photo Station, il est possible de voir les photos des anciennes voies ferrées croisées lors de nos randonnées, c’est ici [onglet] Album Voies Ferrées

Mais depuis quelques années, on voit des regards se tourner vers ces lignes abandonnées. Ces nouvelles vies ferroviaires sont souvent liées au tourisme, comme des lignes de vélorail ou les locomotives à vapeur de la baie de Somme. Mais à une époque où la voiture individuelle montre ses limites, est-ce que l’avenir de ces voies n’est pas dans le transport en commun, version XXIème siècle ?

Un taxirail automatisé !

La star-up Exid Concept & Developpement, Plusquellec (22), a créé un système d’autorails automatisés et disponibles à la demande. Ce Taxirail est une navette ferroviaire, elle est automatisée et n’a donc pas de chauffeur.

Régis Coat, responsable du projet TaxiRail le décrit dans le Parisien du 27/11/2018 comme « une alternative pratique et agréable qui permettrait de voyager à toute heure à bas coût, tout en préservant les routes et en réduisant la pollution puis qu’il sera électrique ou hybride « .

Prototype de Taxirail de EXID C & D.

Albums thématiques

Depuis que nous utilisons Photo Station pour stocker nos photos, nous avions noté la possibilité de créer des albums thématiques en utilisant la fonction Smart Album. Eh bien c’est fait, nous avons créé 7 albums thématiques : Levers de soleil, Patrimoine, Animaux, Plages & Ports, Panoramas, Curiosités, Coups-de-coeur… et nous en créerons peut-être d’autres.

[MAJ du 25/08/2019] Nous sommes passés de 7 à 10 albums. En effet, vu le nombre de photos de la rubrique « Patrimoine », nous l’avons divisée en 4 : églises, châteaux, voies ferrées et un dernier album pour tout le reste du riche patrimoine normand croisé au cours de nos randonnées.

La fonction Smart Album de Photo Station utilise des mots clés présents dans les métadonnées des photos. C’est là notre problème : nos photos sont commentées par des fichiers textes qui sont lus dans nos diaporamas. Jusqu’à présent nous n’utilisions pas les métadonnées des photos. Il nous faut donc saisir des commentaires dans les métadonnées de certaines photos pour alimenter nos albums thématiques… Nous allons faire ça tranquillement, certains weekend pluvieux. Ce sera donc long de référencer ainsi toutes les photos intéressantes. Mais patience, ça se fera.

Les albums thématiques sont accessibles depuis la page d’accueil de BaladesEnNormandie.fr, grâce aux petites icônes en haut à droite :

Outil de mesure sur BaladesEnNormandie.fr

Nous avons installé sur BaladesEnNormandie.fr un outil de mesure de distances. Vous trouverez les icônes de cet outil sous la liste des randos, sous l’outil de recherche :

Cliquez sur la première icône de mesure pour activer les outils. Elle devient verte, et le curseur devient « crosshair ». Cliquez sur la carte, et à chaque clic un point et une ligne s’affichent ainsi qu’une étiquette de distance cumulée. Chaque point peut être déplacé, et la distance cumulée est automatiquement recalculée.

Si vous cliquez sur la deuxième icône, le dernier point placé disparaît. Si vous cliquez sur la troisième icône, tous les points sont effacés. Si vous cliquez à nouveau sur la première icône, elle redevient blanche, vous quittez les outils de mesure, le curseur redevient la main ouverte habituelle.

[MAJ du 17/08/19] J’ai ajouté une quatrième icône qui permet de télécharger le fichier GPX de la trace obtenue par l’outil de mesures. Nous pourrons donc désormais tracer un projet de randonnée directement sur BaladesEnNormandie.fr, puis le télécharger…

Visualisation des distances sur la carte

J’ai supprimé les petites flèches noires qui indiquaient le sens de la marche sur les itinéraires des randonnées. Elles sont désormais remplacées par des étiquettes qui balisent le kilométrage :

Pour ceux que ça intéresse, j’utilise la bibliothèque epolys ( http://www.geocodezip.com/scripts/v3_epoly.js ) et sa fonction GetPointsAtDistance() qui transmet un tableau avec les coordonnées des points de la polyline a distance donnée, 1000 mètres dans notre cas. Puis j’utilise la bibliothèque markerwithlabel ( https://github.com/googlemaps/v3-utility-library/tree/master/markerwithlabel ) qui permet d’ajouter une étiquette à chaque point relevé précédemment.

        var kmArray=poly.GetPointsAtDistance(1000);        
        kmArray.forEach((item, index) => {
             createMarker(item,index+1);
        })  

	function createMarker(latlong,kilometre){
		var marker1 = new MarkerWithLabel({
		position: latlong,
		icon: new google.maps.MarkerImage('images/vide.png'),
		draggable: false,
		raiseOnDrag: false,
		map: map,
		labelContent: kilometre+" km",
		labelAnchor: new google.maps.Point(22, 0),
		labelClass: "labels", // the CSS class for the label
		labelStyle: {opacity: 0.75}
		});	
		return marker1
	}	

Etapes illustrées de randonnées

Les habitués de BaladesEnNormandie.fr ont déjà remarqué une nouvelle icône dans la page des téléchargements de certaines randonnées. Cette icône symbolise le fichier PDF des étapes du circuit.

Le diaporama qui illustre les randonnées depuis mai 2018 est composé d’un répertoire de photos d’illustration du circuit, et d’un fichier texte avec les commentaires de ces photos. Il était donc tout à fait possible de rédiger un script qui utilisait ces éléments pour produire automatiquement un fichier PDF qui viendrait compléter l’autre fichier PDF, celui de la carte de la randonnée.

Eh bien c’est fait ! Le script fonctionne, et il est donc possible d’enregistrer ou d’imprimer les étapes illustrées du circuit, avec les commentaires qui vont bien, pour profiter au mieux de sa randonnée !

A ce sujet, si vous photographiez quelque chose que vous remarquez sur l’un de ces circuits, envoyez-nous la photo et votre commentaire, nous les ajouterons aux nôtres !

Voilà un exemple avec un extrait du fichier PDF des étapes illustrées de la randonnée de St-Aubin-sur-Gaillon :

Faut-il avoir peur des tiques en randonnée ?

Nous entendons parfois des marcheurs manifester leur crainte des tiques pendant une marche sur des chemins envahis de hautes herbes ou encombrés de branches d’arbustes. La tique en elle-même n’est pas inquiétante : c’est un acarien ridicule de 3 à 6 mm, dont la piqûre n’est pas douloureuse. Ce qui fait peur c’est la maladie de Lyme, transmise par la morsure de la tique… Il y a de nombreux articles à ce sujet, l’idée ici est de simplement partager l’expérience d’un randonneur.

Où risque-t-on de croiser des tiques pendant nos randonnées ?

En Normandie, on peut rencontrer des tiques sur les brins d’herbe, de graminées, de fougères… Malines, elles ciblent les lieux où les chances de rencontrer un hôte sont les plus favorables : les clairières herbeuses en forêt où les cervidés viennent brouter sont idéales. Les herbages à proximité des rivières ou des étangs. Ce sont des lieux à éviter pour la pose, allongés directement dans l’herbe… On en trouve aussi sur les branches basses des chemins…

C’est dangereux une tique ?

Les tiques sont les vecteurs de nombreuses pathologies en raison des micro-organismes transmis lors de la piqûre. La maladie la plus inquiétante est la maladie de Lyme. Le Dr Philippe GORNY explique les symptômes de cette maladie dans son article du 20 juin 2019 sur Paris-Match : « Une phase d’incubation silencieuse de trois à trente jours suit cette piqûre, qui peut passer inaperçue. Apparaît alors un érythème migrant : c’est une tache cutanée rouge qui s’étend vers la périphérie (jusqu’à atteindre 5 centimètres de diamètre) et peut prendre l’aspect d’un halo rouge. Elle ne gratte pas, ne s’accompagne pas de fièvre et se situe sur la moitié inférieure du corps (abdomen, jambes). Elle disparaît en quelques semaines. Plusieurs semaines ou mois plus tard, des manifestations neurologiques ou rhumatologiques (rarement cutanées, cardiaques ou musculaires) se développent et progressent plus ou moins rapidement. Une arthrite du genou est fréquente (90 % des cas), de même que l’inflammation d’une racine nerveuse de la moelle épinière (radiculite) d’un seul côté, à l’origine d’une douleur qui ressemble à celle du zona. Parfois existent une paralysie faciale (surtout chez l’enfant), des signes méningés, exceptionnellement des signes cérébraux. L’état général est le plus souvent conservé. »

Comment éviter tout problème ?

Je pratique la randonnée, le bivouac, le bushcraft. A la belle saison, je me trouve de temps en temps accompagné de tiques, sur les mollets en particulier. Et je suis en très bonne santé 😉 Mais je suis quelques règles :

  • En fin de randonnée, inspection systématique du corps. Si on est seul, on utilise un petit miroir (indispensable en bivouac) et on cherche partout, en particulier sur la partie inférieure du corps. Si on est deux, une recherche mutuelle est plus rapide, (et plus sympa 😉 )
  • je retire la tique avec un tire-tique, une pince à épiler… au plus près de la peau et en tournant la bestiole dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Il ne faut surtout pas arracher sa tête qui resterait dans la peau.
  • Une fois tique extraite, je désinfecte la peau.

Si vous n’avez pas réussi à ôter la totalité de la bête, consultez un médecin. Si dans le mois qui suit la plaie reste rouge, ou que vous manifestez de la fatigue, de la fièvre, des douleurs articulaires… consultez !

Mais pour conclure, ce n’est pas un insecte qui nous empêchera de marcher dans la nature, de bivouaquer… en particulier en Normandie qui n’est pas une région infestée par les tiques ! Bonnes randos !

Randonnée sur les quais de Rouen pendant l’Armada

Vous avez envie de marcher et de profiter du rassemblement de voiliers organisé à Rouen ? Voici un circuit qui concilie les deux sur une dizaine de kilomètres le long des quais de Seine.

Nous commençons par marcher sur le chemin qui fait le tour de l’île Lacroix. Nous rejoignons ensuite la belle promenade aménagée sur les quais de la rive droite et découvrons les premiers voiliers. Nous traversons la Seine sur le Pont Flaubert, et allons jusqu’à la pointe de la presqu’île Rollet. Nous revenons par les quais de la rive gauche, là aussi bordés de somptueux navires. Les navires de l’Armada ne sont pas visibles sur le diaporama qui rassemble des photos de novembre 2018. En voici donc ci-dessous quelques-unes prises en juin 2019.

Tous les détails de ce circuit : https://baladesennormandie.fr?idext=1967

El Galeon est la réplique d’un galion espagnol du XVIe siècle conçu et construit par Ignacio Fernández Vial.
Le Dar Mlodiezi. Ce voilier a été construit en 1981 dans les chantiers navals de Gdansk pour remplacer la frégate Dar Pormoza, navire-école de la marine polonaise.
Le Cisne Branco est le navire école de de la marine brésilienne, et le vaisseau ambassadeur d’une nation, construit à l’occasion des célébrations du 500e  anniversaire de la découverte du Brésil.